Ôde à mon corps


Nous sommes souvent très dur avec notre corps, ou alors, nous le mettons de côté comme s’il n’existait pas. Nous ne le trouvons pas assez bien, trop gros, trop maigre, pas assez ferme, trop poilu, ridé…
Nous aimerions qu’il ressemble aux photos des Top models…retouchés sur Photoshop, des magazines de mode.
Pendant très longtemps, je n’ai pas aimé mon corps. Je me suis toujours trouvée trop grosse. j’ai testé presque tous les régimes amincissants. Cela fonctionnait un temps puis je reprenais le poids perdu.
Un jour, j’ai compris que je maltraitais mon corps et que je me maltraitais aussi.
Alors j’ai arrêté les régimes drastiques. J’ai changé mon alimentation. J’ai commencé à prendre soin de moi, de mon corps mais aussi de mes pensées. Je me suis recentrée sur moi, sur mes besoins, mes valeurs et mes désirs. J’ai commencé à M’aimer et mon corps s’est mis à mincir.
Notre corps est le reflet de nous-même. Si nous nous aimons alors notre corps s’harmonisera avec notre être.
Alors prenons en soin, reprenons contact avec lui et aimons-le !
Faites-vous masser,
Prenez un bain avec des huiles essentielles,
Faites-vous un gommage, masque,
enduisez-le de crème ou d’huile pour le corps avec la douche, parfumez-le, sentez-le…

Je vous partage un texte de Jacques Salomé, psychosociologue et écrivain français de renom, qui m’a beaucoup parlé.

Bonjour mon corps,

C’est à toi que je veux dire aujourd’hui combien je te remercie de m’avoir accompagné si longtemps sur les chemins de ma vie.

Je ne t’ai pas accordé l’intérêt, l’affection ou plus simplement le respect que tu mérites.

Souvent, je t’ai même maltraité, matraqué de reproches violents, ignoré par des regards indifférents, rejeté avec des silences pleins de doutes.

Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi. Et aujourd’hui, au mi-temps de ma vie, un peu ému, je te redécouvre avec tes cicatrices secrètes, avec tes lassitudes, avec tes émerveillements et tes possibilités.

Je me surprends, surprends à t’aimer, mon corps, avec des envies de te câliner, de te choyer ou te donner du bon. J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner  des fleurs et des rivières sur ta peau, de t’offrir du Mozart, de te donner les rayons du soleil et de t’introduire aux rêves des étoiles. Tout cela à la fois dans l’abondance et le plaisir.

Mon corps, je te suis fidèle.

Oh, non pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour.

Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps.

Que tu prenais soins de moi, que tu respectais ma présence.

Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître, pour me laisser être, pour me laisser grandir avec toi ! Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie !

Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus.

Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune….

Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble.

Jacques Salomé

Lithographie Jean-Baptiste Valadier